Changement climatique, réchauffement de la terre, tout le monde est responsable de la destruction de la planète. Actuellement, le changement climatique menace la survie de nombreuses espèces, sans oublier l’humanité. Le réchauffement devient de plus en plus violent avec la concentration du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Le transport est le facteur des émissions de CO2 le plus connu, mais la situation de l’immobilier tient aussi une grande place. Pour remédier à la situation,  le secteur du bâtiment doit trouver des issues pour réduire l’empreinte énergétique des bâtiments, cachant que ces derniers sont en même temps consommateur d’énergie et émetteur de gaz à effet de serre. Il est primordial de savoir si le bâtiment est le premier émetteur de gaz à effet de serre, comment réduire l’empreinte énergétique d’un bâtiment, et les avantages d’un bâtiment à énergie positive.

Le bâtiment : premier émetteur de gaz à effet de serre 

Personne ne semble être au courant du fait que le bâtiment est le premier émetteur de gaz à effet de serre. Tout au long du cycle de vie des bâtiments : constructions, exploitations, rénovations, destructions, les émissions de gaz à effet de serre corrélatives au bâtiment ont lieu. Complémentaires à la vie du bâtiment, certaines de ces émissions sont directes comme celles qui sont liées au chauffage, d’autres sont indirectes telle que les émissions issues de la production des matériaux de construction. Vous pouvez « voir ici » pour plus d’informations.

Réduire l’empreinte énergétique d’un bâtiment 

Pour protéger notre environnement, il est indispensable de réduire l’empreinte énergétique d’un bâtiment qui est l’un des principaux émetteurs de carbone. Pour le lieu d’implantation, il serait préférable de construire dans des zones séparées du reste des fondements et des services même si c’est un bâtiment provisoire. Cette option sera bien adaptée à ceux qui choisissent le bâtiment modulaire. Ensuite viennent les surfaces construites. Comme l’énergétique d’un bâtiment dépend de la surface construite, il est essentiel de maximiser les surfaces des bâtiments en fonction des besoins réels. De plus, chaque surface bâtie engendre des gaz à effet de serre. Il faut savoir aussi allier les rénovations et constructions. Le fait de rénover les bâtiments diminue le niveau d’émission de gaz à effet de serre. Il est aussi important de choisir l’énergie adaptée. Pour empêcher les émissions de gaz à effet de serre, passer à une énergie renouvelable est obligatoire. Enfin, il faut optimiser l’utilisation du bâtiment. Il s’agit de limiter les émissions de gaz à effet de serre durant l’utilisation des bâtiments comme mieux gérer son chauffage, son éclairage ou sa consommation d’eau chaude. Plusieurs actions sont concevables pour réduire le l’empreinte énergétique d’un bâtiment, mais nous avons seulement cité les essentiels.

Les avantages d’un bâtiment à énergie positive

Comparée à une maison passive, une maison à énergie positive vous procure plus d’avantages. En consommant l’énergie qu’elle crée naturellement, la maison à énergie positive se différencie de la maison passive. C’est une maison à très basse consommation d’énergie. Comme elle admet l’autosuffisance en énergie, il n’est plus nécessaire de vous inquiéter sur l’augmentation des frais d’énergies. Vous pouvez gagner quelques épargnes. En construisant une maison à énergie positive, vous agissez en tant que citoyen qui protège la planète : avoir une bonne climatisation, administrer les dépenses énergétiques, utiliser des matériaux recyclables et performants. Le dernier, mais le plus important, c’est que la maison à énergie positive vous permet d’être bien chez vous. Quelle que soit la saison, une maison à énergie positive ne peut rester ni trop chaud, ni trop froid à l’intérieur. Vous pouvez profiter un maximum du soleil à l’intérieur grâce à son orientation étant faite en amont.